Grande dame


Et cette grande dame imaginée, est-elle de ces êtres libérés, dame au grand cœur, éprouvée par les années ?

N’était-ce qu’un mirage perçu par mon enfance abandonnée ?

Cette dame fut remise à jour par mon espérance d’adulte, encore adolescent.

Mais je l’ai vue, je vous le jure, je l’ai vue. J’étais enfant, elle était grande. Je ne l’ai pas vue comme on voit un dieu qui n’est jamais là. Elle m’a parue sage et forte, de cette force tranquille qui apaise celui qu’elle protège, sans qu’il ne tombe dans un piège de fourberie.

Simple et élégante, elle avait, je crois, cette beauté naturelle.

Je supposais, après maintes réflexions, qu’elle devait être très intelligente pour ne pas être impressionnée par des apparences de parfait masculin au langage vulgaire, à la violence physique facile, aux idéaux surnaturels de phallocrate imbécile.

Et puis, elle observait de sa discrète présence et quand elle m’a adressé la parole, c’est d’une voix chaude avec un esprit de grand discernement face aux valeurs de la vie.

J’étais enfant, pas bien grand, elle m’a pris par la main je crois.

Elle, c’était une grande dame. Ce fut bref et pourtant même avec le temps, le vent de cet instant vint frôler mon imagination.

Etait-ce cette dame peinte sur cette toile ? Je ne sais.

S’est-elle réfugiée dans cette nature sinueuse, belle et cruelle par moment ?

Au fil du temps, tant de données m’ont perturbé, que j’en ai perdu la trace, ou bien je me suis trompé avec d’autres.

Ce bel horizon, cette ignorance qu’on a envie de garder pour pouvoir rêver, mais qu’on perd car on veut savoir.
Acceuil


Get the Flash Player to see this player.


Previous Next
     
Rasinfo 2009 Copyright